Expo “Corpus” Magali Cazo – Elsa Ohana – Justine Collomb

Du 8 au 20 Juin

Exposition

L’EXPOSITION

Dans cette exposition, les trois artistes proposent un CORPUS rassemblant des éléments de recherche et de réflexion graphiques sur le corps féminin.

Ces représentations sont comme autant d’histoires d’un féminin pluriel à (re)composer. Photographies, aquarelles, gravures… Justine Collomb, Magali Cazo et Elsa Ohana explorent chacune avec leurs techniques les images du désir, du corps, d’une identité féminine en mouvement.

Une deuxième exposition, après Eclat(s), menée à la médiathèque d’Aubenas, conçue comme un dialogue croisé. Des amorces du projet « Morcellement, Recomposer Ariane », mené en partenariat avec l’hôpital d’Aubenas et qui invite patientes, soignant.es, artistes à co-créer autour de la visibilité du cancer du sein.

Un avant-goût d’un intime partagé, avant la restitution globale du projet en octobre 2021.

Dans le cadre de Culture et Santé et des Echappées du PNR des Monts d’Ardèche.

  

LES ARTISTES  

Justine Collomb travaille la notion de subjectivité, de regard et de filtre à travers ses travaux photographiques. « Je mets en place des dispositifs de prises de vues qui me permettent d’expérimenter l’existence d’une autre réalité et de mettre en évidence son aspect éphémère, des étrangetés visuelles, des aberrations chromatiques… ». Une porosité se manifeste alors entre corps défini et environnement infini.

Elsa Ohana pratique le dessin contemporain et la gravure. Amoureuse de ce moment où la ligne se perd et où la trace devient tache, elle combine surfaces et imprimés pour produire des images plurielles. Formes épurées dans le ciel de la page, portraits archipels, ses œuvres proposent des micro-récits du féminin et de la mémoire.

Magali Cazo : « Je travaille presque exclusivement à l’encre sur papier et j’alterne entre représentation du corps et de paysages imaginaires. Mes dessins sont le plus souvent issus de perceptions intérieures. Je cherche à être au plus près de mes sensations pour raconter par l’image ce que je ne saurais dire avec des mots. J’aime voir ma pratique du dessin comme un dialogue, je ne décide pas à l’avance de ce que je représente, je cultive une certaine ouverture à ce qui veut s’exprimer sur le papier. »

Entrée libre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30

Présence de Justine Collomb : samedi 19 juin de 15h à 18h et dimanche 20 juin de 10h à 13h30